&
Le Journal de Montréal
le mardi 20 avril 1999

Postes Canada a l'intention de « facturer » les utilisateurs du courriel !

par Yvon Laprade

Le projet de loi 602-B permettrait au gouvernement fédéral de taxer les adeptes du courrier électronique.

« Pour chaque e-mail, il en coûterait 5 cents », prévient Me Richard Stepp, qui veut empêcher Ottawa d'aller de l'avant avec ce projet de loi encore peu publicisé.

Postes Canada fait valoir que la fièvre de l'Internet lui ferait perdre 23 M$ par année. Une récente campagne de marketing de Postes Canada montre les avantages d'une lettre qu'on reçoit par la poste.

Le courriel populaire

Mais la popularité du courrier électronique ne se dément pas.

Des statistiques révèlent qu'un citoyen ordinaire reçoit, en moyenne, 10 courriers électroniques par jour sur son ordinateur.

Avec les intentions du gouvernement de facturer ces envois, ce citoyen ordinaire pourrait avoir à débourser 50 cents par jour, ou 180 $ par année, pour recevoir ses courriers électroniques.

« Cette facture serait acheminée à Postes Canada pour des services qu'elle ne fournit pas », déplore Me Stepp.

Il craint qu'Ottawa mette fin à la gratuité des services par Internet. Il soulève enfin la récente prise de position du député libéral Tony Schnell, du Nouveau Brunswick, qui suggérait un tarif allant de 20 à 40 $ par mois pour les utilisateurs d'Internet.

« Il faut dire non au projet de loi 602-B », conclut l'avocat torontois qui mène campagne en se servant allègrement du... courrier électronique.


Copyright © 1999 by Le Journal de Montréal. All Rights Reserved. Reprinted with permission.